AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Coffee time. [Taejun&Aki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Shin Aki
AEGIS ▼ NIVEAU III
avatar
Age : 22 ans.
Pouvoir : Manipulation du vide.
Pseudo : Andy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Coffee time. [Taejun&Aki] Sam 19 Jan - 12:46

Citation :

COFFEE TIME.

Will you take a seat ?




Oh TaeJun & Shin Aki.

30 mars 2049, début d'après-midi.


Revenir en haut Aller en bas
Shin Aki
AEGIS ▼ NIVEAU III
avatar
Age : 22 ans.
Pouvoir : Manipulation du vide.
Pseudo : Andy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Re: Coffee time. [Taejun&Aki] Sam 19 Jan - 12:48

Tenter de passer inaperçu. Ne pas passer pour un Aegis d’une manière trop flagrante. Plus simple à dire qu’à faire je vous l’assure. Mais pour tenter d’approcher le Katharsis que je recherchais, il fallait que je me fasse discret. Que je sois tout sauf trop flagrant. Sincèrement je n’avais aucune idée de comment le trouver ou de comment le contacter. Je partais sans aucun indice. Juste un visage brièvement vue. Et rien d’autre. Je ne savais même pas s’il avait pris une nouvelle identité. Je ne sais rien sur lui. Rien sur mon frère. Alors par où commencer ? J’avais pensé à faire un peu les endroits les moins surveillés de la ville. Les endroits où il y a plus de chance de croiser des Katharsis. Des endroits où les Aegis n’étaient pas en supériorité numérique. Là encore il fallait être prudent. Dans ce genre d’endroit, même en ville, je peux devenir la proie. Et c’était la dernière chose dont j’avais envie.

J’avais donc choisi le cimetière des trains comme endroit à explorer. Sans grande conviction. Je cherchais plus des indices. Des conversations attrapés au détour d’une marche. Je ne m’attendais pas à tomber dessus comme ça par miracle. Loin de là. Mais il fallait bien commencer par quelque part. Et ce quelque part pouvait être ici. Déambulant entre les vieilles carcasses de ces machines qui avaient l’habitude de transporter des centaines de gens, j’en profitais pour admirer un design lointain du notre. Les matériaux parfois rouillés pouvaient se révéler des armes meurtrières pour certaines parties. Sautant dans un vieux train dont la porte était ouverte, je me suis mis à la recherche d’un endroit où une banquette serait encore en bon état. Après tout, un train qui dispose encore de siège et de banquette est un lieu de rendez-vous très confortable. Plus qu’un parc où les bancs seraient à la vue de tous, durs et froids. Certains sièges sont poussiéreux, d’autres troués ou déchirés. Mais il n’y a aucune trace humaine. Parfois des rongeurs en tout genre fuient à mon arrivée mais à par eux, il n’y a aucun signe de vie.

Qu’est-ce que j’espérais ? Tomber sur mon frère assis dans ce train avec ses camarades Katharsis en discutant ? Aki, tu es un idiot. Tu ne t’attendais pas à le trouver avec une tasse de café à la main non plus ? Riant de ma propre bêtise, j’ai secoué ma tête. Et même si je l’avais trouvé dans cette situation, que serait-il arrivé ? Il n’y aurait rien eu de pacifique. Peut-être un échange simpliste pour expliquer ma présence et puis une confrontation. Mais c’était ce que je cherchais. Je la voulais plus que tout cette confrontation. Pour avoir des réponses. Sur lui. Sur moi. Sur nous. Qu’étais-je pour lui ? Un frère ou un ennemis ? Je voulais savoir. Mais, il semblerait que l’heure de mes réponses ne soit pas pour aujourd’hui. Sauf si un rat souhaiterait me souffler les réponses à l’oreille.

M’asseyant sur un fauteuil du train contre la vitre encore intacte, je pose ma tête dessus et j’observe les autres carcasses des trains à l’extérieur. Posant mes pieds sur le fauteuil, je ramène mes genoux contre ma poitrine et j’enroule mes bras autour de mes jambes. Je suis seul. Il n’y a pas de mal à ce que j’ai l’air normal et faible non ? Soupirant de frustration, je préfère fermer les yeux. Peut-être que je n’arriverais jamais à le trouver en tant qu’Aki. Peut-être que je ne serai destiné qu’à le retrouver en tant que soldat Aegis. Et ce n’est certainement pas la meilleure des solutions. Décrochant mon visage de la vitrine, je pose mon menton sur mes genoux et j’observe le siège vide en face de moi. J’ai sûrement l’air pitoyable dans cette position. Et ? Les rats n’en débattront pas entre eux. Cependant, la minute suivante j’entends des bruits de pas et en relevant la tête, j’aperçois un corps se diriger vers la fin du wagon où je me trouve. Et plus il avance, plus mes jambes se déplient et mes pieds touchent le sol. Plus il avance, plus mon corps ne voudrait faire qu’un avec le fauteuil. Plus il avance, plus je cherche une sortie. Et lorsqu’il est trop près et que la sortie se trouve dans son dos, un sourire nerveux se dessine sur mes lèvres.

« Oh Taejun… Quel déplaisir. Je ne te propose pas de prendre un siège, je dois m’en aller. » Me mettant sur mes jambes, je ne le vois pas bouger alors je stoppe mon idée. Lui rentrer dedans n’est pas une bonne idée. Je ne sais pas si un contacte me donnerait tout ce qu’il entend, toutes ces voix. Ces voix que je n’arrive pas à gérer. Ces voix dont il a l’air de savoir vivre avec. Alors, je décide de m’asseoir à nouveau, bien à contre cœur. Le temps qu’il prenne un choix. S’asseoir, partir, se décaler pour que je passe. Et pourvu qu’il ne soit pas à la recherche d’un Aegis sur qui se venger ou à utiliser. Je serai la proie parfaite. « Je suis là par hasard. Je ne suis pas venu faire des histoires. Donc, on ne va pas passer aux choses sérieuses hein ? »

Oui, je ne suis pas là en tant que soldat aujourd’hui. Je suis là en tant qu’homme. En tant que frère. Mais bon, nous sommes en guerre n’est-ce pas ? Mais il serait vous mentir de vous dire que j’ai dû mal à cerner Taejun. J’ai du mal à savoir ce qui lui passe par la tête. Je ne sais pas si à l’instant présent il pense à se battre ou à prendre un café. Et j’ai toutes les raisons de douter.
Revenir en haut Aller en bas
Oh Taejun
KATHARSIS ▲ OMEGA
avatar
Age : 19 ans
Pouvoir : Communication avec les morts
Pseudo : Yoolie
Messages : 645
Date d'inscription : 26/04/2012
Double Compte : Nop !

MessageSujet: Re: Coffee time. [Taejun&Aki] Dim 20 Jan - 0:01



La galère, c’est vraiment la galère. Je veux bien être gentil, me montrer de bonne volonté et faisant des efforts, mais il ne faut quand même pas abuser, je ne suis pas une machine. Et je suis encore moins invisible. Jusque-là, mes missions se limitaient à emmener des paquets ou des messages aux autres camps Katharsis, mais là, il a fallu que j’emmène quelque chose à un Katharsis espion qui vit en plus cœur de Seoul. Et en plus, il fallait que je sois rapide. Comme si je pouvais être super rapide et ne pas me faire attraper en même temps. Bon, j’avoue que je suis un mec quelconque et que je me fonds parfaitement dans la masse. Mais bon, ce n’est pas pour cette raison que je ne fais pas attention. Il m’arrive souvent de passer par Seoul, surtout pour le cimetière, quand je vais sur la tombe de mes parents, mais je ne vais jamais en plein cœur. C’est extrêmement risqué. Enfin, je ne peux pas faire grand-chose d’autre que d’obéir, après tout, c’est mon rôle d’apporter les choses que Daehyun veut que j’apporte à d’autres Katharsis. Pas que Daehyun d’ailleurs, mais je m’occupe en priorité de ce qui est donné par l’administration la plus haute chez les Omega. Je suis content qu’on me fasse assez confiance pour ça d’ailleurs.

Enfin bref, je suis parti assez tôt ce matin pour être sûr de bien prendre toutes mes dispositions en cas de problème. Le chemin que j’ai pris par les différentes rues de Seoul était déjà défini par mes soins plusieurs heures avant le départ. Dans ce genre de missions à risque, il faut toujours que ça soit prévu à l’avance au risque de se faire prendre. Et je ne peux pas me permettre de me faire prendre. Oui parce que si je me fais prendre, ça fait un contact permanent avec les morts pour les membres du gouvernement et cela pourrait être extrêmement nuisible pour les Katharsis. Hors bon but dans la vie, c’est de détruire le gouvernement et de permettre à tous les Aegis d’être libres et de m’assurer une vraie libertée, pas la semi-liberté où on est obligé de se planquer la plupart du temps pour ne pas se faire attraper. Donc voilà. Comme on dit, prudence est mère de sureté, et c’est ça que j’applique à la lettre aujourd’hui. Enfin, là c’est bon, c’est passé, je n’ai plus rien à craindre à part qu’on m’ait suivis quand j’ai quitté l’endroit où je me suis rendu, mais franchement, je doute. Enfin, en tout cas, je n’ai senti aucune présence et mes parents ne se sont pas manifestés pour me prévenir du danger donc voilà, ça devrait être bon.

Maintenant que je me suis pressé toute la matinée, j’ai bien envie de prendre un peu de repos. Enfin, pas vraiment de repos, juste une après-midi sans rien faire. Pour mettre cette après-midi à exécution, je me rends au cimetière. Non, non, pas au vrai cimetière, au cimetière des trains. La rencontre avec Junsoo dans le cimetière la dernière fois m’a un peu coupé l’envie, du coup, je risque de mettre un peu de temps à y retourner. Ma mère m’a dit que ce n’était pas grave et qu’elle ne m’en voulait pas si je ne me rendais pas sur sa tombe donc ça va. Là, je déambule sans vraiment de but. C’est lamentable de laisser ça ici. Tous ces déchets… J’ai l’habitude de passer pas mal de temps en forêt pour passer d’un camp à un autre, du coup, j’aime beaucoup la nature et ça me perturbe que ces machines continuent de polluer malgré le fait qu’elles soient hors fonction.

Bref, cela ne m’empêche pas de monter dans un des trains. En fait, même si l’extérieur est salement abîmé, l’intérieur, lui, reste relativement en bon état. Bon, si on ne compte pas le désordre laissé par certains pilleurs ou encore celui laissé par les squatteurs. Ils gardent une certaine noblesse. –Taejun fais attention, tu n’es pas seul dans ce train–. Je remercie mon père de m’avoir prévenu mais je sais déjà qui s’est. Shin Aki. Et plus je me rapproche de lui, plus la présence de la voix de sa mère se fait forte dans ma tête. J’ai à peine franchit la porte du wagon qu’il se lève prêt à s’enfuir. Sauf que voilà, je suis devant la porte et qu’il ne peut pas s’échapper. Pas que j’ai envie de lui faire du mal mais c’est marrant de le voir s’agiter comme une souris prise au piège.

« Pas de panique Aki, je n’ai pas envie de me fatiguer aujourd’hui, j’en ai déjà trop fait pour la journée et je compte m’arrêter là à moins que tu m’oblige à employer les grands moyens. »


Je m’assois en face de lui et je prends la position qu’il avait quand je suis arrivé. Les pieds posés sur le siège, les genoux remontés contre mon torse et je pose mon menton sur mes genoux.

« Pourquoi t’as peur de moi comme ça, je vais pas te bouffer. »


C’est vrai en plus, je suis bien moins costaud que lui, même si je sais me battre. Faudra qu’on essaie un jour pour voir.



No matter what they say, I’ll fight for you
apache.
Revenir en haut Aller en bas
Shin Aki
AEGIS ▼ NIVEAU III
avatar
Age : 22 ans.
Pouvoir : Manipulation du vide.
Pseudo : Andy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Re: Coffee time. [Taejun&Aki] Dim 20 Jan - 11:26

La peur vous la connaissez ? Celle qui vous habite sans vraiment vous laisser le choix. Celle qui vous fait agir à l’opposé de ce que vous êtes. Celle qui vous pousse à faire des choix fous. Et ce choix, j’ai dû le faire à l’instant où j’ai compris que je n’aurai pas la force de sortir de ce train. Je ne voulais pas arriver à un affrontement. Alors autant se poser soi-même. Et c’est ce que Taejun a fait également. Assit là en face de moi. La situation semble calme et anodine. Pourtant c’est tout le contraire. Mon corps est tendu. Il me signale le danger qui respire juste en face de moi. Mon esprit cri de désespoir et moi je reste là. Assit en le regardant dans les yeux. Mais la dernière fois qu’il a utilisé son pouvoir sur moi pour se défendre, j’ai cru devenir fou. Les voix des personnes que j’avais tuées ne quittaient pas mon esprit. Et même si l’instant fut court, il fut suffisant pour pomper mon énergie et me laisser un goût amer. Je n’avais même pas pu distinguer la voix de mon père ni celle de ma mère. Il y avait juste toutes ces âmes en colères. Et c’était trop. Alors oui, Taejun m’effraie plus que tout autre mutant parce qu'il ne touche pas à la sainteté du corps mais à celui de l’esprit.

Bizarrement, j’avais totalement occulté la raison première de ma présence ici. Chercher mon frère ne semblait plus une priorité. Et le garçon recroquevillé en face de moi prenait part à toutes mes pensées. Il était plus jeune que moi et il était du camp adversaire. Il savait que j’étais sans défense face à lui. Pourtant, il ne faisait rien. C’était une chose assez surprenante. Aegis et Katharsis à moins d’un mètre l’un de l’autre qui ne se battent pas. Mieux, qui démarrent une conversation. Oui, c’était étrange. Mais, je devais le reconnaître : ce n’était pas désagréable. Loin de là. Pourtant, lui aussi semblait totalement avoir baisser sa garde. Je pourrai aisément l’assommer d’un poing rapide et ferme dans le visage. Mais je ne le ferai pas. Pourquoi ? Ma peur d’abord. Et puis parce que lui non plus ne fait rien. Et qu’une fois dans sa vie ça fait du bien d’être autre chose que le soldat qui attrape tout ce qui bouge. Comme je le pensais, aujourd’hui j’étais juste Shin Aki. Et rien d’autre. Juste un mutant qui a perdu de la famille dans une guerre et qui essaie de recoller le peu de morceaux qui lui reste.

Je me suis mis à rire dans un mélange de stress et d’amusement en l’écoutant. Moi, le pousser à bout ? Autant chercher les ennuis. Autant chercher à goûter à nouveau à son pouvoir si je faisais cela. En y pensant, peut-être qu’il connaissait mon frère ? Après tout, il était un Katharsis. Mais est-ce que si je prenais la peine de lui poser la question il y répondrait ? Nous sommes ennemis. Et je suis moi-même conscient que si je rencontre Daehyun à nouveau, ce ne serait pas sans conséquence. On ne se prendra pas dans les bras. On ne se parlera pas de nos souvenirs perdus. On ne fera strictement rien de fraternel. Moi-même je souhaiterai le ramener à mes côtés avant qu’un autre Aegis et Lachesis le fasse. Parce que si ce n’est pas moi qui le ramène, je ne pourrai rien contrôler. Enfin, moins que je l’aurai souhaité. Alors, je doute que si un Aegis demande des informations sur un Katharsis à un autre Katharsis, ce dernier lui réponde. Soupirant doucement, je me gratte les cheveux et j’appuie ma tête contre mon fauteuil.

« Je te l’ai dit, je suis pas ici pour faire des histoires Taejun. Ce n’est pas moi qui t’obligerai à utiliser ton pouvoir. » C’est vrai, je ne suis pas masochiste. Je ne le pousserai pas à bout et je ne jouerai pas au petit soldat. Pas aujourd’hui ni jamais. Du moins, pas avec lui. Pas tant que je n’ai pas trouver une parade. Chose qui n’arrivera sans doute jamais. Relevant les yeux vers lui, je roule des yeux. « Parce qu’on est dans des camps opposés et que tu es conscient que tu peux avoir une totale maitrise de moi. Voilà pourquoi tu m’effraies Taejun. »

Ce n’était cependant pas l’entière vérité. Je n’allais pas lui dire que les voix qu’il me faisait entendre alimentaient mes regrets et mes remords. Qu’avant je me réveillais juste avec le souvenir de leur mort parfois brutale mais qu’à présent, je me souvenais également de leur lamentation. Il fallait que je garde un peu de consistance devant lui. Que je ne paraisse pas totalement faible. Du moins, c’est ce que je voulais faire paraître.

« Mais toi, qu’est-ce que tu fais là ? Pourquoi t’es venu ici ? Pour me taper la discute ? » Attrapant mon visage dans mes mains, je passe mes doigts sur mes paupières tout en cherchant une raison logique au fait qu’il se soit assit ici en face de moi au lieu d’avoir pris un autre chemin ou un autre train. « Pourquoi tu ne me tues pas Taejun ? On sait tout les deux que tu en es capable. Et un Aegis comme moi en moins, c’est quand même une chance pour vous. » Je prends une pause avant de relever les yeux vers lui. Des yeux remplis d’incompréhension et de curiosité. « Tu pourrais aussi me soutirer des informations sur les Katharsis enfermés chez nous. Je ne te comprends pas. Pourquoi tu ne fais rien de tout ça ? Pourquoi tu agis… Comme si nous n’étions pas des ennemis ? »

Je me demandais sincèrement pourquoi il y avait cette trêve installée ici et maintenant entre nous. Il n’y avait aucune raison apparente. Nous n’étions pas de vieille connaissance ayant pris des chemins différents. Nous n’étions pas de la famille disparue. Nous étions tout le contraire. Je l’avais attaqué. Je lui avais clairement montré mon but. Le capturer. L’amener dans un enfer. Mais lui, il restait là. Assit en face de moi sans ne montrer aucune intention de se battre. Comme s’il venait pour discuter autour d’un café.
Revenir en haut Aller en bas
Oh Taejun
KATHARSIS ▲ OMEGA
avatar
Age : 19 ans
Pouvoir : Communication avec les morts
Pseudo : Yoolie
Messages : 645
Date d'inscription : 26/04/2012
Double Compte : Nop !

MessageSujet: Re: Coffee time. [Taejun&Aki] Dim 20 Jan - 19:03



Je ne comprends pas… Non, ça, c’est le moins que l’on puisse dire. Je ne comprends absolument pas pourquoi il a peur de moi alors qu’il n’a aucune raison. Enfin… Je suis peut-être plus grand que lui par la taille, mais même s’il n’est pas gros, je suis bien plus léger que lui. Certains pourraient même dire que je suis maigre et ils ne seraient pas complètement dans le faux… C’est vrai que je ne suis pas bien gros, bon, en même temps, ce n’est pas avec ce que je mange et les kilomètres que je parcours chaque semaine que je vais prendre du poids, ça c’est sûr. Mais bon, je me trouve bien comme je suis donc je ne vois pas pourquoi je changerais mon mode d’alimentation. Bon, en même temps, je mange ce qu’on veut bien me donner à manger et dieu sait que les portions ne sont pas bien grosses.

Enfin bref, je dis ça, mais ça n’a pas vraiment d’importance au final. Je veux dire, vu le monde dans lequel nous évoluons, il faut faire attention aux apparences. Ce n’est pas parce que vous croisez une petite Aegis toute frêle et qui semble sans défense qu’elle ne sait pas se battre. Nous avons des pouvoirs, tous ceux qui sont nés après la catastrophe ont des pouvoirs. Donc cette jeune Aegis peut très bien avoir un pouvoir hors du commun, plus fort que le mien. Ou alors, elle peut être une tueuse sans merci, avoir déjà des tas d’hommes. On ne sait pas. Les apparences sont trompeuses dans ce monde, c’est pour cela qu’il faut faire très attention aux personnes à qui l’on donne sa confiance. Ce n’est jamais bon de donner sa confiance à quelqu’un d’ailleurs, mais bon, on n’a pas toujours le choix et il faut bien pouvoir compter sur certaines personnes par moment. Au-delà du fait qu’on peut avoir besoin d’aide n’importe quand, la confiance qu’on accorde à quelqu’un fait partit des relations humaines. Pour pouvoir nous développer, apprendre, nous avons besoin de faire confiance à au moins une personne. Je sais que certains me diraient qu’on n’a pas forcément besoin de ça, non, c’est vrai, mais dans ce cas-là, si on n’est pas capable d’aimer assez quelqu’un pour lui accorder sa confiance, alors on n’est pas quelqu’un d’entier.

Là, assis en face de moi, je me doute que Aki ne m’accorderait pas sa confiance, je lui fait trop peur, bien trop peur. Pourtant, je n’ai jamais eu l’intention de faire du mal à un Aegis dans ma vie, à moins que lui se montre hostile à mon égard. Ça a été le cas de Aki et il a été victime de mon pouvoir. Ça aurait pu ne pas l’affecter tant que ça, mais au contraire, il a été très touché et maintenant, il a peur. Je ne dirais pas que ça me fait plaisir, mais j’avoue que c’est assez sympa de sentir qu’on fait peur à quelqu’un. Surtout quand on est frêle comme moi. Oh, là non plus, il ne faut pas se fier aux apparences, ce n’est pas parce que mon pouvoir peut effrayer que je le maitrise parfaitement. C’est d’ailleurs parce que je n’ai pas tellement confiance en mon pouvoir que j’ai appris à me battre avec des armes blanches. Bien plus efficace si vous voulez mon avis.

« Alors c’est vrai… C’est vraiment mon pouvoir qui t’effraie à ce point. Tu as dû faire des choses horribles à tes victimes pour que ça t’affecte à ce point Aki… »


J’ai bien envie de continuer à lui faire un peu peur. Ce qu’il ne sait pas, c’est que la plupart des personnes qui goûtent à mon pouvoir réagissent de cette façon. Sauf que les autres ne me disent pas ouvertement que je leur fais peur. D’un mouvement habile, je fais glisser mon poignard placé dans son fourreau sur mon avant-bras et je joue avec, les yeux perdu dans le vide en l’écoutant parler.

« J’avais un truc à faire en ville, pas que ça te regarde mais si tu tiens à le savoir… Remarque, tu me diras, je ne sais pas ce que je fais la plupart du temps… »


Ma dernière phrase est adressée à moi-même. C’est une simple constatation, c’est vrai quoi, on me donne des messages ou des paquets à livrer, mais je ne sais que très rarement ce que tout ça contient. Je doute que Aki comprenne le sens de ma phrase mais tant pis, ce n’est pas important. Je reporte mon attention sur lui lorsqu’il me pose toutes ses questions. Je me lève et je m’approche de lui avant de prendre son menton entre mes mains délicates et de le forcer à me regarder.

« Ecoutes Aki… Je n’ai aucune envie de tuer tous les Aegis qui croisent ma route, moi ce qui m’intéresse, c’est le gouvernement. Et un bon paquet d’Aegis ont été des fugitifs comme moi avant d’être attrapés, on se ressemble tous. »


La vérité, ce n’est rien que la vérité. Je lâche son visage avant de m’asseoir à ses côtés. C’est bizarre mais d’un coup, je n’ai plus tellement envie de lui faire peur.

« Mais la raison pour laquelle je ne veux pas te faire du mal est différente Aki… Nous ne sommes pas ennemis et je ne te veux aucun mal pour la simple et bonne raison que je sais des choses sur toi qui m’empêcheront de te tuer quoiqu’il arrive. »


Bien sûr s’il s’en prend à moi et que je ne peux faire autrement, je le tuerais, mais pas sans une bonne raison…



No matter what they say, I’ll fight for you
apache.
Revenir en haut Aller en bas
Shin Aki
AEGIS ▼ NIVEAU III
avatar
Age : 22 ans.
Pouvoir : Manipulation du vide.
Pseudo : Andy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Re: Coffee time. [Taejun&Aki] Dim 20 Jan - 21:03

Des choses horribles, j’en ai fait et refait. Je suis pire qu’un enfant qui n’a jamais appris. Pire qu’un animal qui se brule mais qui continue à marcher dans le feu. Je ne suis pas idiot. Je ne vois pas juste d’autres choix. Je ne vois pas juste d’autre alternative. Je ne vois que celle-ci. Et je me contente de n’emprunter que ce chemin. Le chemin où je suis un bon petit mutant au service d’un gouvernement qui me voit comme un objet. Avant… Quand je n’étais pas au courant pour mon pouvoir, mon père me voyait devenir comme lui. Haut placé et aidant à la sécurité du pays. J’étais vu comme le fils de cet homme important. Puis, comme tous les enfants de mon âge, mon pouvoir s’est réveillé. Et je suis devenu le fils mutant de cet homme important. Alors, même si mon pouvoir était alléchant, j’ai échappé au laboratoire et à l’utilisation abusive. J’étais le petit mutant qu’il ne fallait pas toucher. Un des rares possédant une certaine liberté. Mon pouvoir bien trop dangereux et mes intentions bien trop inconnues, j’ai été écarté de la course au pouvoir où mon père me voyait participer. Et je suis devenu un de ces rares Aegis volontaires. Un de ceux que l’on n’a pas attrapé. Un de ceux que l’on n’a pas eu à former ni à menacer. Si j’étais un peu trop rebelle ou un peu trop têtu, il suffisait d’aller voir mon père et ce dernier me disait d’écouter mes aînés. J’étais un privilégié. Rien de plus. Et pourtant, il a fallut que Daehyun tue notre père pour que mon petit monde s’effondre. Il m’a laissé en vie dans ce monde où je n’avais plus aucune protection. Pourtant, je suis resté. Sincèrement, je ne pense pas qu’on m’aurait laissé partir. Et j’ai dû commencer à être plus obéissant. J’ai dû commencer à faire des choses auxquelles je rechignais avant. Parce que la seule protection qu’il me restait c’était mon nom. Alors oui, Taejun avait raison. J’avais fait des choses horribles aux personnes que j’ai tuées. J’ai fait des choses que je n’aurai pas dû. L’enfoiré que je suis vous rétorquera que je n’éprouve aucun remord et que j’ai tout voulu. Tout cherché et tout désiré. Que ces meurtres, je ne m’en soucie pas. Mais je suis un vrai menteur. Parce que ces voix qui m’ont hanté, elles disaient toutes vrai. Elles avaient toutes raison.

Baissant encore plus le regard après ces paroles, je me surprends à sentir mon corps frissonner. Frissonner à l’idée de revivre ce moment. L’idée de réentendre ces pleures, ces reproches, ces colères et ces haines me donne la chaire de poule. Et je ne réponds rien à Taejun. Car je n’ai rien à dire pour me défendre. Car même s’il se joue de moi : ce qu’il dit est vrai. Je n’ai aucune raison que de lui mentir. Il n’est ni mon juge ni mon bourreau. Et mon silence se contentera de lui répondre à l’affirmative. Mais ça, il doit déjà le savoir. Et peut-être sait-il que je ne suis pas le plus grand des salauds ? Parce qu’il existe pire que moi. Il existe des plus sadiques et des plus torturés que moi. Il existe des monstres bien plus vile et réellement sans remord. De ceux qui dorment sans sourciller et qui vivent sans se retourner une seule fois. Et tout en observant le poignard qu’il fait tourner entre mes mains, j’observe la facilité avec laquelle il la déplace. Je dénote l’habitude qu’il semble avoir dans ces gestes. Et je devine qu’il doit détenir ce poignard depuis un long moment. Assez pour connaître suffisamment son anatomie et donc lui permettre de tourner avec une facilité déconcertante entre ses doigts. Bizarrement, j’en viens à penser que l’arme qu’il tient est tellement plus accueillante que son pouvoir que je rêverai de m’empaler dessus plutôt que d’avoir affaire encore à tout ces morts. Un truc à faire en ville. Hein… Un truc entre Katharsis n’est-ce pas ? Sans doute. Sinon pourquoi prendre le risque de trainer en ville ? Par pour admirer les carcasses des trains entreposés ici. Je rie intérieurement quand je me rends compte qu’avec un autre Katharsis, j’aurai sûrement commencé à faire des menaces pour en savoir plus. Mais que là, ici et avec lui, je faisais rien. Strictement rien.

C’est alors qu’il se lève et j’ai à peine le temps de comprendre qu’il détient déjà mon menton entre ses doigts. Mon cœur rate un battement sous le contacte et mon corps se pétrifie. Et je n’ai pas d’autre choix que de le regarder en face. Tout en l’écoutant. Oui, pleins d’autres Aegis ont été comme lui avant d’être torturé puis formés. J’en avais vu. J’en côtoie tous les jours. Je suis de ceux qui attrapent. De ceux qui emmènent des personnes comme Taejun dans le camp adversaire en sachant pertinemment qu’il accompagne plus une brebis à l’abatage plutôt qu’un animal blessé au vétérinaire.

« Tu… Tu ne sais rien Taejun… » Ma voix tremble un peu. Mélange de peur et d’hésitation sans doute. « Je ne suis pas comme ceux que tu viens de citer. Je n’ai jamais été attrapé. J’ai choisi d’être la personne que je suis. »

Mensonge. Beau mensonge. J’avais choisi car je n’avais pas d’autre alternative. J’ai compris à la mort de mon père que je n’en aurai sans doute jamais. Et l’impasse de ma situation m’a forcé à poursuivre la route dans laquelle je m’étais lancé. Alors, j’écoute ce qu’il a encore à me dire. Et ses paroles piques ma curiosité. Que pouvait-il savoir ? Je ne lui avais jamais rien dit. Je n’avais jamais eu l’occasion d’avoir une réelle discussion. Celle-ci était sans doute notre première. Alors que pouvait-il savoir qui soit suffisant pour laisser la vie sauve ? Peut-être quelqu’un lui avait parlé de moi ? Mais qui ? Qui pouvait bien me connaître suffisamment pour lui parler de moi ? Mon frère et mon père. Mais mon père était mort et… Mon père était mort.

« Toi… Tu communiques avec les morts ? C’est pour ça que tu peux les envoyer sur tes ennemis n’est-ce pas ? » Lentement le puzzle que je m’étais posé sur le pouvoir de Taejun se reconstituait. « Ce sont les morts que j’ai entendu qui t’ont parlé de moi ? Je doute qu’il t’ait parlé de moi en bien. Du moins, pas assez pour que cela te retienne de me tuer. »

Pourtant, c’est ce qu’il c’était passé. Mais peut-être que parmi toutes ces voix, il y avait celle de mon père. Ou de ma mère. Bien que je n’ai pas connu cette dernière, elle a dû nous aimer mon frère et moi n’est-ce pas ? Du moins, je l’espère. Alors peut-être qu’il a entendu ce que mes parents lui ont raconté. Mais plus j’y pense et moins je comprends. Parce que je ne sais pas ce qu’il sait sur moi. Et je n’imagine même pas qu’il puisse connaître celui que je cherche.

« Qu’est-ce qui te convint suffisamment pour penser comme ça Taejun ? Même si je ne suis pas ton ennemi… J’ai cherché à ta capturer. J’ai cherché à faire de toi quelqu’un comme moi. » Qu’est qui te rend si sûr de toi. Qu’est-ce qui te pousse à être si amical avec moi ? Car c’est ce que tu es en train de faire. Je le sens. Je l’entends dans ta voix. Tu as arrêté de jouer avec moi. Je suis curieux de savoir et de comprendre. Car je suis dans un flou total. Un flou qui m’empêche de te cerner et de te comprendre. Pourtant j’essaie. Je tente de pousser ma peur sur le côté pour te comprendre toi. Toi Oh Taejun et non Taejun le Katharsis.
Revenir en haut Aller en bas
Oh Taejun
KATHARSIS ▲ OMEGA
avatar
Age : 19 ans
Pouvoir : Communication avec les morts
Pseudo : Yoolie
Messages : 645
Date d'inscription : 26/04/2012
Double Compte : Nop !

MessageSujet: Re: Coffee time. [Taejun&Aki] Lun 21 Jan - 14:37



Il a peur de moi, vraiment peur. Et pourtant, il regarde mon poignard tourner entre mes doigts avec presque de l’admiration. Je ne suis pas sûr que ça soit vraiment ça, mais en tout cas, il n’a pas l’air d’en avoir peur comme il a peur de moi. Son regard, son attitude, tout confirme ce que je pense. Ce n’est pas moi qui lui fais peur, c’est mon pouvoir. Bon, par conséquent il a peur de moi et de ce que je peux décider de faire, mais c’est avant tout mon pouvoir qui l’effraie. Je pourrais manier trois sabres avec une dextérité étonnante qu’il aurait toujours plus peur de mon pouvoir. Je n’ai jamais voulu qu’il soit effrayé de moi à ce point. Bon, en même temps, vu comment il s’en est pris à moi la première fois qu’on s’est rencontrés, j’ai bien compris que si je voulais m’en sortir, il fallait que je me serve de mon pouvoir. Il est très doué lui aussi, et je peux vous dire que s’il ne me craignait pas autant, j’aurais certainement peur de lui.

Mais voilà, il a eu peur de moi le premier donc c’est moi qui domine maintenant. Quelque part, ça me fait de la peine de voir ce mec qui est si sûr de lui habituellement, courber l’échine parce que mon pouvoir a un trop grand impact sur lui. D’un autre côté, ça ne peut pas lui faire de mal d’avoir un peu peur de quelqu’un parce qu’il avait l’air beaucoup trop sûr de lui la première fois qu’on s’est rencontré. J’aimerais bien savoir tout ce qu’il a fait pour en être affecté à ce point quand même. Enfin, il n’a peut-être rien fait de plus que certains, c’est peut-être seulement qu’il est plus affecté que les autres par les crimes qu’il a commis. Enfin, je ne suis pas non plus là pour analyser son comportement non plus. D’ailleurs, je ne sais même pas pourquoi je reste là alors que je pourrais très bien partir. Mais bon, cette discussion comment à être intéressante donc je vais rester encore un peu.

« Je sais plus de choses que tu ne peux l’imaginer Aki. Je n’ai pas la science infuse, mais je sais des choses sur toi, des choses qu’on m’a dit et je les crois. »


Les morts mentent très rarement. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu’étant dans mon esprit, ils ne peuvent pas me cacher grand-chose. Oh, ils le peuvent bien sûr, mais il faut qu’ils y pensent le moins souvent possible, ou alors quand je ferme mon esprit et que je ne les écoute pas. Là ils peuvent me cacher des choses. Mais tout ce que je sais de Aki, c’est son père qui me l’a dit et je lui fait confiance. Je sais très bien que c’est Daehyun qui l’a tué, il me l’a dit (enfin l’homme qui est mort me l’a dit). Je ne jugerais pas Daehyun sur cet acte qu’il a commis (et pourtant, dieu sait que je pourrais), il avait ses raisons. Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi Aki est resté à la mort de son père. Non, ça je ne comprends pas. Je m’assois en souriant quand il commence à comprendre pourquoi je sais tout ça de lui. Je ne doute pas qu’il m’en veuille, mais après tout, je m’en fiche un peu.

« C’est bien Aki, tu m’impressionne. Des personnes que j’ai côtoyé pendant plus longtemps que ça n’ont toujours pas compris. Bon, en même temps, ils n’ont pas tous goûté à mon pouvoir. »


Je suis assis à ses côtés, s’il me prenait par surprise, il arriverait certainement à me tuer, sinon à me blesser. Et ça ne me fait pas peur. Parce que je sais qu’il ne le fera pas, il est bien trop curieux de ce que je pourrais lui apprendre et lui raconter. Je n’en sais pas tant que ça en réalité, mais j’en sais suffisamment. Je pousse un profond soupir lorsque vient sa dernière question.

« On se ressemble toi et moi tu sais. Nos pères ont tous les deux été assassinés de façon violente, sauf que moi c’était un étranger à mon sang. Et à la différence près que nous avons choisi des chemins différents… Même si tu penses le contraire, il n’est peut-être pas trop tard. »


Je tourne mon visage vers lui pour le regarder. Son père n’était pas quelqu’un de forcément bien et il l’a obligé à devenir ce qu’il est aujourd’hui. Ce que je ne comprends pas, c’est qu’il n’ait pas décidé de changer de vie quand son père est mort.

« Ton père est quelqu’un de très intéressant Aki, mais il a gâché ta vie…»



No matter what they say, I’ll fight for you
apache.
Revenir en haut Aller en bas
Shin Aki
AEGIS ▼ NIVEAU III
avatar
Age : 22 ans.
Pouvoir : Manipulation du vide.
Pseudo : Andy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Re: Coffee time. [Taejun&Aki] Lun 21 Jan - 19:52

Plus je passe du temps avec lui, plus je m’intéresse à lui. Au fonctionnement de son pouvoir. À sa manière de penser et d’agir. Plus les minutes s’écoulent et plus Oh Taejun m’intrigue. Bien que je garde une certaine réserve en sa présence, je ne peux m’empêcher de penser qu’il est atypique. Là où d’autres auraient attaqué, lui, il fait tout le contraire. Et je doute que cela soit seulement une question de puissance. Il doit y avoir autre chose. Autre chose qui le motive. Une chose que je n’arrive pas à cerner. Peut-être est-il naturellement ainsi ? Ou pas. Mais ce qui est sûr, c’est ce que je découvre est un tout autre personnage. La dernière fois, j’avais fuit. Totalement apeuré par ce qu’il c’était passé. J’avais fuit sans vouloir me retourner. Sans vouloir prendre le risque de revivre les minutes précédentes. Je n’avais donc pas eu l’occasion d’en découvrir plus à son sujet. Et il n’était qu’un fichier parmi tant d’autre sur mon ordinateur. Et c’était un Taejun concernait que je découvrais. Un Taejun intéressé qui croyait ce pour quoi il se battait. Un Taejun qui n’avait pas peur de prendre le temps de discuter avec l’opposé pour comprendre et apprendre. Et quelque par, il était tout ce que je n’étais pas. Il était tout ce que j’aurai pu être mais que j’ai choisi d’éviter. Il est tellement plus simple de fermer les yeux et de foncer tête baisser. Je préfère prendre la peine de réfléchir sur des stratégies plutôt que des conséquences personnelles. Et Taejun semblait tellement à l’opposé de tout cela.

Est-ce mal que ma peur s’amoindrisse légèrement au profit de la curiosité ? Une curiosité qui commençait à grignoter mon être. Une curiosité qui ne demandait qu’à connaître Taejun. Qui était-il ? Que lui était-il arrivé ? Pourquoi se battait-il au lieu de rester passif ? Qu’est-ce qui pousse sa motivation ? Jusqu’où serait-il près à aller pour obtenir sa liberté ? Sûrement plus loin que moi. Et, en cela, il était bien plus honorable et respectable que moi. Mais ses choix devaient reposer sur des raisons qui me paraitront sans doute absurde. Sinon, pourquoi serai-je encore Aegis ? Sinon, pourquoi continuer d’être qui je suis ? Si j’ose reconnaître que mes propres paroles sont moins vraies que celles de Taejun, mon monde s’écroulerait. Plus qu’à présent. Alors oui. Je continuerai de me mentir. Je continuerai de me créer des raisons invalides. Pourvu que je garde le peu de choses auxquelles je peux encore m’accrocher. Alors je continuerai la vie que je mène. Cette vie qui me permet de protéger le peu de chose qui me reste. Une vie qui me permet de garder le peu d’acquis que je juge encore nécessaire. Et si un jour je ne suis plus qu’un mutant parmi tant d’autres et plus le fils Shin, alors il sera temps pour moi de me repentir. Il sera temps pour moi de parcourir le chemin que j’ai forcé d’autres mutants à emprunter.

Plus de chose que je peux me l’imaginer. Que sais-tu réellement Taejun ? Que t’a-t-on dit sur moi ? Sur mon histoire ? Je suis curieux de connaître les paroles auxquelles tu crois. Je suis curieux de savoir de quel Aki on t’a parlé. T’a-t-on parlé de celui qui avait dû attraper des gosses et séparer le frère de la sœur, uniquement parce que le pouvoir de l’un semblait si utile pour le gouvernement. T’a-t-on parlé de ce Aki qui n’a laissé à la sœur qu’un simple mouchoir en tissu pour calmer son mal ? Peut-être t’a-t-on parlé de ce Aki qui à un jour fermé les yeux lorsqu’un mutant était caché dans un grenier et qu’il est le seul à l’avoir vu ? Ou de celui qui tourna pertinemment à droite alors que le mutant était partit à gauche ? De quel Aki t’a-t-on parlé Taejun ? Je suis curieux de savoir duquel des deux moi tu prétends en connaître autant.

« Si je n’avais pas testé ton pouvoir, je n’aurai pas deviné Taejun. Personne ne serait capable de deviner sans avoir essayé. » Personne n’aurait compris que Taejun pouvait communiquer avec les morts. Personne ne s’en saurait même douter. Sauf si cette personne avait connu l’espace de quelques secondes son pouvoir. Je me mets à rire lorsque je l’entends parler. Il semblait connaître l’histoire plutôt bien. Assez pour savoir qui avait tué qui. « Il t’a dit que son propre fils, mon frère, l’a tué ? Il a toujours la langue aussi pendue. »

C’est alors que je découvre quelque chose que je n’aurai cru. Au détour de ma propre histoire, Taejun me raconte la sienne. Celle d’une personne comme moi qui ont du vivre après l’assassina de leur père. Sauf que lui, il a eut la chance ou la malchance que cela soit commis par quelqu’un qui ne partageait pas son sang. Il était un orphelin. Comme moi. Et bizarrement, je compris enfin pourquoi il disait que nous nous ressemblions. Il avait raison. Tout était une question de chemin. J’en avais emprunté un différent du sien. Je me rends compte qu’il me regarde et je décide d’échanger ce regard tout en l’écoutant. Oui, je vais oser le regarder sans peur. Parce que le ton avec lequel il parle n’est pas menaçant. Bien au contraire.

« Taejun… Même si je changeais d’avis, ils ne laissent pas partir les mutants comme moi. Pas avec mon type de pouvoir. » Pas de ceux qui peuvent éliminer un corps sans laisser de trace. Pas de ceux qui font disparaître les gens. Le crime parfait. Pas de corps, pas de meurtre. Je suis l’arme parfaite pour celui qui veut réaliser le meilleur des crimes. Comment les accuser de maltraiter, de capturer et de tuer des mutants si le corps a disparu ? Il n’y a aucun moyen. Et si seulement je n’étais bon qu’à ça… Mais ce n’est pas le cas. Je suis trop précieux pour être abandonné. Et trop dangereux pour être perdu. « Mon père a fait ce qu’il croyait bon de faire. Il n’a pas imaginé que le fils qu’il avait abandonné sans arrière pensée viendrait le tuer. »

Et pour effacer la dette que mon père a eu envers mon frère et pour me faire pardonner d’avoir vécu simplement quand lui se débattait pour vivre, je resterai qui je suis. Je resterai un soldat. Je crierai que je fais cela pour mes privilèges alors que je le fais également pour avoir la chance de pouvoir parfois fermer les yeux. Pour avoir la chance de protéger mon frère de loin. Pour être un mutant qui se bat d’un côté sans vraiment le reconnaître et sans vraiment y croire. Alors je le regarde et je lui souris. Simplement mais je souris à Taejun.

« Et puis, il faut bien qu’il y est des gens comme moi. » Des gens qui restent du mauvais côté pour agir rarement mais sur des domaines où d’autres n’en auraient pas la possibilité. Mais ça Taejun, tu n’as peut-être pas besoin de le savoir. Alors je me reprends rapidement. « Des gens qui sont capables d’échanger avec toi sans partir en courant. Bien que j’en ai eu sincèrement envie en te voyant. »

Mais toi Taejun, j’aimerai savoir comment ton père est mort. Comment tu as vécu jusqu’à présent. Je n’aurai pas le courage de te demander mais j’en meurs d’envie. Je meurs d’envie de savoir ce que tu étais et ce que tu es devenu. Ce que tu fais à présent que tu es seul. Si tu as trouvé des amis. Des personnes de confiance. Autres que toutes ces voix avec lesquelles tu peux parler. Alors je me lance.

« Et toi Taejun, comme je n’ai pas envie de parler aux morts, c’est quoi ton histoire ? »

Changeons de sujet. Nous parlerons de changement de camp dans le futur. Peut-être quand je n’aurai réellement plus le choix. Mais d’ici là, profitons de la possibilité de parler. Dis-moi le peu que tu veux bien me révéler. Cache-moi la majorité que tu veux garder secrète. Peut-être qu’un jour tu m’avoueras que tu connais mon frère au détour d’une conversation comme celle-ci ou d’un hasard. Peut-être que ce jour là, je l’aurai appris autrement. Mais pour l’instant, je suis curieux vis à vis de toi.
Revenir en haut Aller en bas
Oh Taejun
KATHARSIS ▲ OMEGA
avatar
Age : 19 ans
Pouvoir : Communication avec les morts
Pseudo : Yoolie
Messages : 645
Date d'inscription : 26/04/2012
Double Compte : Nop !

MessageSujet: Re: Coffee time. [Taejun&Aki] Mer 23 Jan - 11:20



Je n’ai pas parlé tant que ça avec son père en fait, c’est juste que dans les quelques paroles que nous avons échangé, il m’a parlé de quelques petites choses forts intéressantes. Comme par exemple le fait qu’il a été tué par un de ses fils, qui en a élevé un avec amour et qu’il a laissé tomber l’autre et aussi que je connais très bien l’un d’entre eux. Et maintenant, je suis en train de faire ami-ami avec le deuxième. Est-ce que c’est une bonne idée ? Est-ce que ce n’est pas jouer avec le feu un peu ? Je ne sais pas… Franchement, comment est-ce que je peux faire avec tous ces problèmes moi ? Je veux dire… Je ne peux pas annoncer à Daehyun « salut, je ne sais pas si tu te souviens mais tu as un frère, il est plutôt sympa quand il n’essaie pas de me tuer ! ». Et puis je ne peux tout simplement pas dire à Aki où se trouve son frère, ça serait vendre le camp des Omega au gouvernement et par conséquent, tous les Katharsis. Non, je ne peux rien faire de tout cela. En fait, je suis coincé. Et puis je ne peux même pas dire à Aki que je connais son frère, parce que là, vous pouvez être sûrs qu’il va me torturer pour obtenir des renseignements. Ou pas d’ailleurs. Mais bon, je ne le connais pas assez bien, il faut que je me méfie !

« Oui, oui, ton père m’a parlé de toi, de lui et de… Daehyun, c’est ça ? »


Faire comme si je ne le connaissais pas, c’est le meilleur moyen. Aki me fait de la peine en fait, mais si je lui dis où est Daehyun, c’est la fin de tout, la fin de ce pour quoi je me bats (de ce pour quoi se battent tous les Katharsis). Non, je ne peux pas, il faut que je garde ça pour moi. J’aimerais en parler avec Daehyun pourtant, mais je ne sais vraiment pas si c’est une bonne idée. Je verrais ça quand j’aurais fini de papoter avec mon vis-à-vis…

Quand on nous voit comme ça, côte à côte, ça se voit qu’il est plus vieux. Pas de beaucoup évidemment, mais ça se voit un peu. Pourtant, quand j’écoute ses paroles, je me rends compte que je suis peut-être plus mature. Ou peut-être que c’est le fait qu’il est à moitié en train de se confier qui fait ça, je ne sais vraiment pas. Mais tout dans ses paroles montre que c’est encore un enfant. C’est peut-être pour ça d’ailleurs que mes voix le perturbent tant : il a toujours été entouré et protégé par son père, il a fait des choses pour lesquelles on l’a entrainé et finalement, on se rend compte que son éducation n’est pas appropriée avec ce qu’on lui a demandé de faire.

« Tu sais Aki… Si tu décidais de vraiment t’enfuir, rien ni personne ne pourrait te retenir. Et je pense que ton père aurait dû se douter que ton frère allait se venger. On n’abandonne pas un enfant en ne se doutant pas qu’il reviendra se venger plus tard. »


Je réfléchis encore quelques instants à ses paroles tout en écoutant ce qu’il me raconte puis j’éclate de rire. Sincèrement. Il me fait trop rire ! Il me dit que je lui fais peur mais finalement il veut quand même parler avec moi, je ne m’y attendais absolument pas, ça c’est sûr ! Au moins ça m’a bien fait rire, c’est l’essentiel. Il faudra que je pense à le remercier quand même ! Enfin là, on passe aux choses sérieuses. Enfin, on a déjà parlé de choses sérieuses mais elles concernaient Aki, mais maintenant, on passe à celles qui me concernent moi et personne d’autre. Est-ce que je lui fais suffisamment confiance pour lui raconter mon histoire ? Pas vraiment. Mais ça, ça aurait été si j’avais quelque chose d’intéressant à raconter, hors… Mon histoire n’a rien d’intéressant…

« Contrairement à beaucoup de mutant, mon pouvoir s’est déclenché dès ma naissance, pas à l’adolescence. Mon père me trouvait bizarre parce que je parlais tout le temps tout seul quand j’étais petit, en fait, je parlais à ma mère. Mais il a toujours été là pour moi, il m’a donné beaucoup d’amour. Et puis un jour ils sont arrivés, c’est enfoirés de Lachesis et cet homme, je n’oublierais jamais son visage, l’a abattu comme ça, juste parce qu’il essayait de me protéger. Je l’ai tué. Avec ça. »


Je sors à nouveau mon poignard et je recommence à jouer avec. C’est plus par reflexe que par désir d’impressionner. Je me tourne à nouveau vers Aki et je le regarde droit dans les yeux.

« La suite, je ne peux pas te la raconter, ça ferait… Trop de mal. Mais je pense que juste avec ça, tu peux comprendre pourquoi j’ai tant envie de détruite le gouvernement. »



No matter what they say, I’ll fight for you
apache.
Revenir en haut Aller en bas
Shin Aki
AEGIS ▼ NIVEAU III
avatar
Age : 22 ans.
Pouvoir : Manipulation du vide.
Pseudo : Andy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Re: Coffee time. [Taejun&Aki] Jeu 24 Jan - 20:50

Oui Daehyun. C’est son prénom. Mon jumeau. J’avais des souvenirs assez nets et précis de lui d’ailleurs. De lui et moi. Quand on était gosse. Quand mon père n’avait pas encore eu peur vis à vis de son pouvoir. Je me souviens qu’on était comme des gosses normaux : on jouait ensemble, on faisait des conneries ensembles et on se disputait ensembles. On s’entendait plutôt bien. C’était mon frère et je le chérissais comme ma véritable moitié. Il était une partie de moi-même. On avait partagé un ventre et la mort d’une mère. On avait vécu ensemble depuis notre conception. Puis on a été séparé. Je n’ai jamais eu le choix. Je n’ai jamais approuvé que mon père agisse ainsi. Je lui ai souvent crié dessus. J’ai souvent pleuré pour revoir mon frère. Cela a dû tellement le fatiguer qu’un jour il m’ait lâché que Daehyun était mort. Le plus beau et monstrueux mensonge de son existence. Je me souviens ne pas avoir compris. Tout était embrouillé dans ma tête d’enfant. Et il m’a fallu plusieurs jours pour assimiler la nouvelle et le pleurer. Je me souviens encore comment la nuit je rêvais d’une nouvelle rencontre avec mon frère. Parfois j’observais le ciel à travers ma fenêtre avant de me coucher. Adressant une prière silencieuse à celui qui devait à présent habiter dans le ciel. Mais il n’a jamais rien entendu parce qu’il n’était jamais mort. Il vivait juste loin de moi. Et ne soupçonnant même pas son existence, je n’ai jamais cherché à le retrouver. Et je m’en suis voulu lorsqu’il est revenu. Lorsque j’ai vu son corps vivant debout face à moi, j’ai regretté toutes ces années d’ignorance et de niaiserie. Comment avais-je pu être si stupide et croire bêtement aux paroles de mon père ? Sans doute parce que j’étais un enfant. Oui, un simple enfant.

« Oui, Daehyun. C’est mon frère jumeau. On est partit un jour sans lui. Pour seule réponse, mon père m’a dit qu’il était mort. Peut-être qu’il pensait sincèrement que son fils allait mourir en étant laissé seul comme il l’a fait. » Levant lentement la tête, j’observe un instant le plafond en souriant bêtement. « Maintenant je le cherche. Pour avoir des réponses. »

Je voulais réellement savoir pourquoi il ne m’avait pas tué. Après tout, je l’avais également abandonné. Involontairement certes, mais je l’avais laissé seul. Je n’avais jamais remis en doute les paroles de mon père. J’avais cru stupidement que mon frère était mort. Juste mort. Il ne m’en avait pas fallut plus. Et le pire, c’est que je m’en étais contenté. Je rigole doucement de ma propre bêtise avant de poser mon regard sur Taejun. C’est étrange de lui parler autant. Lui que je pourchassais quelques temps avant. À présent je lui parlais de ma vie et je me confiais à lui avec une facilité déconcertante. Je crois que c’est parce qu’il a parlé avec mon père. Je crois que c’est parce que c’est le seul qui est au courant de notre petit secret à Daehyun et à moi. Je crois que j’ai besoin d’évacuer ce que j’ai sur le cœur. Je crois que je veux juste parler avec une personne qui ne risque pas d’aller balancer la nouvelle à mes supérieurs. Une personne qui, même si elle raconte cette histoire, ne causera aucun impact dans ma vie. Tournant légèrement mes yeux vers les siens, je lui souris doucement tout en écoutant ses paroles.

« Mon père n’imaginait pas qu’un gamin qu’il pensait mort reviendrait pour le tuer. J’en suis même certain. Mais, il n’a eut que ce qu’il mérite. Il n’aurait pas dû l’abandonner et nous séparer comme ça. » Car, à cause de lui à présent, je suis seul. Et peut-être Daehyun aussi. On n’a personne sur qui compter. Pas un seul membre de notre famille n’est vivant à part nous. Et on ne se côtoie pas. On ne se parle pas. On ne se connaît même pas. « Je pourrai partir c’est vrai… »

Taejun n’avais pas tort. Personne ne me retenait sincèrement. Je n’étais pas enchainé, ni drogué ou gardé dans une cage. J’étais assez libre pour disparaître une nuit et ne plus revenir. Mais j’irai où ? Et mon visage connut m’empêcherait de poser un pied en ville sans qu’un soldat un peu renseigné ne me reconnaisse. Je serai destiné à me cacher. Et je ne servirai plus à rien. Je ne serai d’aucune aide pour protéger mon frère. Je n’aurai plus aucune liberté. Alors, je préfère continuer de jouer les méchants tant que j’en ai encore la possibilité.

« Ton père devait être un bon père. Ils se font rares ceux comme le tien de nos jours. » J’observe le poignard qu’il fait tourner entre ses mains et je confirme la dextérité et la connaissance qu’il a avec son arme. J’écoute son histoire. Comment un Lachesis a tué son père. Juste à cause de sa protection. Mais n’est-ce pas naturel que de vouloir protéger son enfant ? Je le conçois, pas tous les pères ne sont ainsi, prenez le mien par exemple. Mais tuer à cause de cela, je ne conçois pas et je ne concevrais jamais. « J’espère que tu l’as fait un peu souffrir avant de l’achever. »

L’homme qui avait tué le père de Taejun ne méritait pas que l’on soit tendre avec lui. Pour avoir tué un père qui défendait son enfant, il méritait douleur et souffrance. D’ailleurs, peut-être qu’un jour moi aussi on viendra me tuer comme Taejun l’a fait avec ce Lachesis ? Après tout, je n’avais pas les mains propres. Elles étaient entièrement rouges. De ce rouge profond que la couleur de ma peau ne serait absolument pas visible. Alors oui, à présent je comprends son désir. Pourquoi il veut tellement détruire ce gouvernement. Dans le fond, je le comprends. Je ne m’oppose pas à son idée. Le gouvernement est corrompu. Il suffit de voir que les enfants mutants de parents hauts placés comme moi ne sont pas touchés. Il n’y a rien de mieux pour démontrer l’un des nombreux problèmes. Car ce n’est pas le seul problème et certainement pas le plus grave.

« Tu es intéressant comme personne Taejun. Dans d’autres circonstances, on ne se serait peut-être pas rencontré, mais je t’aurai réellement apprécié. Je veux dire, sans le problème avec ton pouvoir. » Je fouille dans les poches de mon gilet pour trouver un objet et je le sors pour lui tendre. C’est un bout de papier avec une adresse dessus. La mienne. Celle des hauts quartiers de la ville. « Si jamais tu te fais courser, demande le code à mon père. »

Je n’avais pas changé le code depuis sa mort. Je ne pouvais pas non plus l’écrire. Je ne savais pas comment le pouvoir de Taejun marchait. S’il pouvait parler à n’importe quand à n’importe qui. Mais le fait que l’appartement soit celui où mon père a vécu, ça le rendra peut-être plus présent. Peut-être assez pour que Taejun lui demande le code de la porte. Pourquoi je faisais cela ? Parce que Taejun ne méritait pas d’aller dans un de ces laboratoires ou de devenir un chien du gouvernement. Qui étais-je pour en décider ? Personne. Mais, si j’avais le choix et la possibilité d’épargner, je le prendrais toujours. Si je pouvais contourner le chemin qu’on m’imposait, je le ferai éternellement. Pourvu qu’on s’en aperçoive le plus tard possible.
Revenir en haut Aller en bas
Oh Taejun
KATHARSIS ▲ OMEGA
avatar
Age : 19 ans
Pouvoir : Communication avec les morts
Pseudo : Yoolie
Messages : 645
Date d'inscription : 26/04/2012
Double Compte : Nop !

MessageSujet: Re: Coffee time. [Taejun&Aki] Ven 25 Jan - 15:29



Il cherche son frère. Il cherche son frère parce qu’il veut le retrouver, pas le tuer et je ne peux même pas lui dire où il se trouve. Avec la discussion que nous venons d’avoir, je me rends bien compte que Aki n’est pas méchant et que même s’il agit comme tel par moment, c’est uniquement pour essayer de protéger son frère et donc par conséquent tous les Katharsis… Ou une partie du moins. Et pourtant, malgré le fait que je me rends bel et bien compte qu’il ne me fera pas de mal, ni à moi, ni à Daehyun, je ne peux pas lui dire. Je me sens coupable tout d’un coup, un peu comme si c’était de ma faute s’ils ne peuvent pas être ensemble. J’entends leur père ricaner dans mon esprit et je le fais taire. Il a bien réussit son coup celui-là, c’est lui le coupable et pourtant, c’est moi qui endosse la responsabilité qu’ils ne peuvent pas se voir. Je vous avouerais que c’est assez bizarre comme sentiment. Et Aki ne sait rien de tout ça. Il ne le sait pas parce que s’il était au courant, il ne me sourirait pas comme il le fait. Et c’est un sourire vrai, ce qui me fait sentir encore plus mal.

Alors lui aussi tient son père pour responsable… Je n’en n’ai jamais parlé avec Daehyun, ou du moins, pas dans le vif du sujet. Mais pour qu’il ait tué son père, c’est que lui aussi lui en voulait. Bon, en même temps, il l’a abandonné donc c’est tout à fait compréhensible. Si mon père m’avait abandonné, je pense que je lui en aurais voulu aussi. Bon, ce n’est pas le cas. Remarquez, j’aurais peut-être moins souffert que de le voir mourir devant mes yeux m’enfin bon, quand même. D’un autre côté, il a toujours été là quand j’ai eu besoin de lui. Je sais que pour certains ça peut paraître bizarre, mais c’est vrai, il a toujours été à mes côtés quand il était vivant. Même s’il avait du mal à me cerner quand je parlais seul avec ma mère. Enfin bref, c’est du passé, n’en parlons plus.

« Oui c’était un bon père. Je ne sais pas si c’était le meilleur, mais il a toujours été là pour moi, jusqu’à la fin… Et ne t’inquiète pas pour l’homme qui l’a tué, je ne lui ai même pas laissé le temps de regretter. C’est le premier homme que j’ai tué, avec ce poignard, celui de mon père. »


Je continue de faire tourner l’arme entre mes doigts pendant quelques instants avant de la faire glisser dans son fourreau. Je la manie très bien mais personne n’est à l’abri d’un petit incident. Et même si j’ai eu envie de tuer Aki la première fois que je l’ai rencontré, je vous avouerais que ce n’est vraiment plus dans mes projets, loin de là même maintenant… C’est bizarre comme parler nous permet de lier des liens avec les gens. Je ne sais pas si Aki et moi nous serons amis un jour, ce que je sais par contre, c’est que si je suis dans la galère un jour et qu’il a la possibilité de m’aider, il le fera. Et je le ferais aussi pour lui. En fait, je pense qu’il suffira qu’on se regarde pour savoir tous les deux que si on ne peut pas aider l’autre, il ne nous en voudra pas. Mais s’il l’occasion se présente de lui porter secours, alors je n’hésiterais pas.

Je ne peux m’empêcher de rire à sa réplique. Encore et toujours mon pouvoir. Finalement, je n’aurais peut-être pas dû l’utiliser la première fois où nous nous sommes rencontrés. D’un autre côté, il est plus fort que moi et si je ne l’avais pas fait, je serais très certainement enfermé dans un laboratoire glauque entouré de scientifiques tous plus psychopathes les uns que les autres. Alors non, je ne regrette pas tant que ça. Et puis si vraiment nous devons devenir des alliés un jour, j’espère qu’il arrivera à passer outre mon pouvoir. Je ne sais pas s’il réussira, mais je l’espère. Enfin, on verra bien. En attendant, il fait quelque chose à laquelle je ne m’attendais pas. Mais ça me confirme je que je pense depuis tout à l’heure, il me fait confiance, tout comme je lui fais confiance. Je me lève et je prends le morceau de papier qu’il me tend.

« Oh tu sais, rien ne dis qu’il me le donnera, mais bon, il sait que je ne te veux pas de mal donc bon… Je n’ai pas grand-chose à t’offrir en retour Aki, à part ça peut-être… Ton frère est une personne bien et il se bat pour ce qui est juste… »


Je ne lui laisse pas le temps de faire ou dire quelque chose. Je m’en vais, comme ça. J’espère sincèrement le revoir un jour.



No matter what they say, I’ll fight for you
apache.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Coffee time. [Taejun&Aki]

Revenir en haut Aller en bas

Coffee time. [Taejun&Aki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• ㄨ KATHARSIS ㄨ • :: KATHARSIS ✗ :: SEOUL ✗ :: 
LA VILLE BASSE
 :: Cimetière de trains
-